De plus en plus d’individus consomment des édulcorants artificiels comme alternative au sucre, mais le fait de savoir si cela se traduit en une meilleure santé fait toujours l’objet de débats. Un article publié dans le journal Trends in Endocrinology & Metabolism [1] a passé en revue des éléments de preuve négatifs de l’impact des édulcorants sur la santé, soulevant des questions à propos de tous les édulcorants même ceux qui n’apportent aucune calorie.

« Il n’est pas rare que les gens reçoivent des messages disant que les produits édulcorants sont bons pour leur santé, que cela les aidera à maigrir ou à ne pas prendre de poids » dit Susan Swithers, l’auteure de l’étude de l’Université Purdue. « Les données qui confirment ces affirmations sont très solides, et bien qu’il semble être compris que les sodas de régime ne sont pas aussi problématiques que les sodas normaux sucrés, le sens commun n’a pas toujours raison ».

La consommation de boissons sucrées a été associée à l’obésité, au diabète de type 2 et au syndrome métabolique, qui est un groupe de facteurs de risque qui augmente le risque de maladie cardiovasculaire et d’attaque. Il résulte de tout ceci que de nombreux individus se sont tournés vers les sodas light aux édulcorants de synthèse ou naturels, qui ont un pouvoir sucrant des centaines de fois plus élevé que le sucre, mais qui contiennent peu de calories voire pas du tout.

Cependant, des études sur les êtres humains ont montré que la consommation de boissons aux édulcorants est aussi associée à l’obésité, au diabète de type 2, au syndrome métabolique tout comme aux maladies cardiovasculaires. Une consommation d’une seule de ces boissons par jour suffit à augmenter le risque de problème de santé.

En outre, les individus qui consomment régulièrement des édulcorants de synthèse ont affiché une activation altérée de leurs centres du plaisir du cerveau en réaction au gout sucré, ce qui suggère que ces produits pourraient ne pas satisfaire leur désir du sucré. De même que des études sur des souris et des rats ont montré que la consommation de boissons aux édulcorants non caloriques affaiblissait les réactions physiologiques au gout du sucre, ce qui fait que les animaux abusent des aliments richement caloriques et au gout sucré et prennent donc du poids.

Pris ensemble, ces résultats suggèrent que les édulcorants de synthèse augmentent le risque de problèmes de santé à un niveau similaire à celui du sucre, et qu’ils pourraient aussi exacerber les effets négatifs du sucre. « Ces études suggèrent que le fait de pousser les gens à boire des boissons light pourrait être contreproductif en tant que message sanitaire » dit Swithers. « Ainsi, le message de santé publique à faire passer devrait plutôt être de limiter la consommation de tous les sucres et substances au pouvoir sucrant, ce qui comprend donc aussi les édulcorants ».

Références :

[1] Artificial sweeteners produce the counterintuitive effect of inducing metabolic derangements. Trends in Endocrinology & Metabolism, Swithers et al.

A lire également