Catégories
Actualité pharmacieutique

Novartis signe un règlement de 347 millions de dollars avec le DOJ et la SEC sur les paiements des médecins étrangers et la tenue des registres

Novartis a fait face à des années d'enquêtes sur sa conduite à l'étranger, y compris des sondes de pots-de-vin en Grèce et en Corée du Sud. Maintenant, il admet avoir payé des médecins pour utiliser davantage de ses produits dans certains pays – et a accepté de payer 347 millions de dollars pour avoir enfreint la loi américaine sur les pratiques de corruption à l'étranger.

La société déboursera 234 millions de dollars au ministère de la Justice et 113 millions de dollars à la Securities and Exchange Commission pour conclure les sondes FCPA relatives à la conduite en Grèce, au Vietnam, en Corée du Sud et en Chine.

Le fabricant de médicaments "a profité de pots-de-vin qui ont incité des professionnels de la santé, des hôpitaux et des cliniques à prescrire des produits pharmaceutiques de marque Novartis et à utiliser des produits chirurgicaux Alcon, et ils ont falsifié leurs livres et registres pour dissimuler ces pots-de-vin", a déclaré le procureur général adjoint du MJ, Brian Benczkowski, dans un communiqué. .

Blog

L'état de l'art n'est pas seulement un état d'esprit. C’est ainsi que nous fonctionnons. AMRI possède la prochaine génération de technologie de seringue préremplie stérile.

Suivez notre série de blogs en plusieurs parties sur la technologie PFS pour en savoir plus!

En Grèce, la filiale locale de Novartis a fourni des «avantages indus» aux médecins entre 2012 et 2015 pour augmenter les ventes de son médicament pour les yeux Lucentis et a falsifié des dossiers pour dissimuler le régime, selon l'accord. Un accord de poursuites différées avec sa filiale locale couvre également les comportements "liés à une étude épidémiologique de 2009", a déclaré le fabricant de médicaments. L'accord ne comprend pas les allégations selon lesquelles Novartis aurait soudoyé des politiciens grecs.

Au Vietnam, l'ancienne filiale de Novartis, Alcon Pte Ltd., a conclu un accord de poursuites différées, encore une fois pour «avantages économiques inappropriés» pour les médecins et la tenue des dossiers entre 2011 et 2014. Novartis indique qu'un distributeur a géré le programme.

Novartis lui-même a conclu un règlement auprès de la SEC concernant des infractions à la tenue de registres en Grèce, au Vietnam, en Corée du Sud et en Chine.

Avec les accords, «toutes les enquêtes FCPA en cours sur l'entreprise sont désormais closes», a déclaré l'avocate générale Shannon Thyme Klinger dans un communiqué.

«Les règlements d'aujourd'hui représentent une autre étape importante dans notre engagement à résoudre les problèmes de conformité hérités et à garantir que Novartis vit vraiment ses valeurs», a-t-elle ajouté.

CONNEXES: Novartis, critiqué par le scandale coréen, peaufine son éthique et ses politiques de conformité

Pendant ce temps, la société a fait face à une enquête de plusieurs années sur les allégations de pots-de-vin aux médecins aux États-Unis. L'été dernier, la société a mis de côté 700 millions de dollars pour résoudre ce problème, mais l'accord n'est pas encore finalisé.

Après des années de scandales en Grèce, en Corée du Sud et ailleurs, la société s'est engagée à améliorer sa confiance dans la société sous la direction du PDG Vas Narasimhan. Parmi les changements qu'il a mis en œuvre, il y a l'adoption de politiques de conformité «fondées sur des principes» et une «culture de prise de parole».

L'accord FCPA de Novartis est plus important que beaucoup conclu par les sociétés Big Pharma au cours de la dernière décennie, mais il ne s'agit pas du plus grand accord FCPA de l'industrie. En décembre 2016, Teva a signé un accord FCPA de 519 millions de dollars avec les autorités américaines, éclipsant les accords de certains des plus grands acteurs de l'industrie.

CONNEXES: Teva réserve 520 millions de dollars pour régler les enquêtes sur la corruption du DOJ, SEC

Pfizer a conclu un accord FCPA de 60 millions de dollars en 2012, suivi d'un accord de 14 millions de dollars par Bristol Myers Squibb en 2015, d'un accord de 5,5 millions de dollars par AstraZeneca en 2016, d'un accord de 20 millions de dollars de GSK en 2016 et de 25 millions de dollars de Sanofi en 2018.

Alexion a récemment proposé un règlement de 25 millions de dollars dans le cadre d'une enquête de 5 ans sur les «activités d'octroi de subventions» dans de nombreux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *